Quand je te reverrai, il n’y aura plus ni chagrin, ni oubli…

Rêver d’un nouveau voyage vers la Capitale argentine? Murmurer secrètement un des tangos les plus connus de Gardel? Pourquoi cet attrait si fort exercé par Buenos Aires? C’est un mystère difficilement explicable car il résulte du mélange d’une multitude de faits: agitation des rues Corrientes ou Florida, et calme de certaines ruelles de Palermo Viejo, vieux cafés et bars notables à quelques pas de grands centres commerciaux, pauvreté qui se dissimule près des boutiques regorgeant de nourriture ou de vêtements de luxe, immeubles futuristes côtoyant les monuments historiques, arbres exotiques sur fond de végétation familière, métissage des immigrants et des autochtones, visages indiens cuivrés tranchant avec des profils européens …

Ici, règne l’indifférence triste du peuple qui vaque à ses occupations mais là, une troupe bruyante et jeune manifeste joyeusement, banderoles au vent. Au Centre ville, vous voilà anonyme dans une foule bigarrée, mais, dans cette casa de tango on vous accueille avec la plus chaleureuse hospitalité et on vous apprend à préparer les savoureux empanadas…Maintenant vous suivez du regard une belle Portègne chargée d’emplettes alors qu’elle croise un promeneur de chiens qui tient peut être en laisse le toutou de Madame!

Et puis il y a le tango et les belles nuits des milongas. Horacio Ferrer écrit qu’il y a « una Buenos Aires solar y otra sublimada por la noche » ( El tango : arte y misterio – Losada -mars 2013). C’est surtout ce qui attire vers la capitale les « pélerins » du tango qui cherchent autre chose que ce qu’ils trouvent chez eux. Mais nous y reviendrons…

                                                                            Buenos Aires, comme une chérie

                                                                            Si tu es loin, il faut t’aimer plus encore

                                                                            et dire toute la vie:

                                                                            « Plutôt mourir que t’oublier ».

Buenos Aires – Tango – Musique:M Jovès – Letra: M.Romero

Traduction:D.A Clavilier – Barrio de Tango- Ed du Jasmin 2010.

Publicités
par chabannonmaurice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s