PREPARER LE 9ème VOYAGE A BUENOS AIRES : 3 ) Une histoire de transbordeurs…

Les hasards du tourisme en France font parfois bien les choses et peuvent vous ramener à Buenos Aires, et plus précisément au port de La Boca : transbordeurs de tous les pays, unissez vous pour nous ramener au tango … Un transbordeur est une structure métallique d’importance, porteuse d’une nacelle suspendue qui peut transporter des piétons, véhicules, chargements et animaux, comme le montre la photo en tête de page. La construction, par sa hauteur permet évidemment de laisser passer un voilier ou un navire… On semble loin de l’esthétique élégante du tango argentin, mais rien n’interdit de le danser sur la nacelle !

A Rochefort sur Mer, ou plus exactement sur les communes voisines, on rénove actuellement le pont transbordeur qui permettait de traverser l’estuaire de La Charente avant qu’un pont moderne facilite les choses. Cet ouvrage, considéré comme un chef d’oeuvre de l’architecture métallique, date de 1900 et a été classé monument historique en 1976. Il est actuellement en cours de rénovation et sa nacelle suspendue devrait fonctionner à nouveau en 2019, après deux années de travaux. Une Maison du Transbordeur, centre d’interprétation, et un sentier de découverte baptisé Sentier des Guetteurs, animé d’oeuvres d’art faisant référence à l’histoire du pont, agrémentent l’environnement.

Et c’est dans le mini-musée de la Maison du Transbordeur que nous avons découvert que ce pont avait ou avait eu des petits frères et cousins, en France et dans le monde entier. Par exemple à Marseille où un transbordeur permettait de traverser le Vieux Port et a été démoli ; mais il paraît qu’on songe à la reconstruire ! Mais on en avait installé aussi, à Bordeaux, Nantes, Rouen, Brest, villes dans lesquelles les ponts n’ont pas été achevés ou ont été démontés.

             

Des cartes postales conservent le souvenir des transbordeurs de Marseille, avec kiosque-restaurant,  et de Rouen, avec plateformes ouvragées.

Mais ailleurs dans le monde, d’autres ponts fonctionnent encore et c’est le cas à Buenos Aires, où le Puente Nicolás Avellaneda, construit en 1914, vient d’être remis en service après des années d’immobilisation. A la Maison du Transbordeur, nous avons réalisé l’importance de cet engin qui figure en toile de fond de plusieurs photos que nous avons prises  du port de La Boca, sans nous préoccuper de la fonction de cet élément, pourtant insolite dans le décor , dans lequel on remarque surtout les fameuses maisons colorées ! Cette construction permettait pourtant de traverser le Riachuelo, qui vient se jeter dans le Rio de la Plata, rivière dont il est par ailleurs question dans plusieurs tangos. Mais je n’ai pas trouvé de composition qui parle du transbordeur, alors qu’il en existe plusieurs qui parlent du Puente Alsina, reconstruit plusieurs fois après des crues. C’est un élément du décor de Pompeya, quartier Sud de Buenos Aires, chanté par ailleurs par Manzi dans « Sur« . Ce pont  a été le témoin de divers événements sociaux graves. Un tango de B. Tagle Lara, « Puente Alsina« , musique et poème composés en 1926,  lui est consacré.

                                     

Le blog Barrio de Tango tenu par D.A Clavilier (www.bario-de-tango.blogspot.com ) n’a pas manqué de relater avec amusement l’inauguration récente du pont rénové, voici tout juste un mois : cet événement d’importance qui redonne du lustre à un élément significatif de la vie portègne, a été marqué par une rivalité cocasse entre les forces politiques locales, donnant lieu à un incident dont la politique argentine a, seule, le secret. La nacelle, inaugurée par une foule acquise au parti au pouvoir sur la rive portègne du Riachuelo, a été arrêtée à mi parcours et a fait marche arrière pour être soustraite, sur l’autre rive d’Avellaneda, à l’accueil d’une foule cette fois marquée par la gauche kirchneriste ! Les articles ci-dessous de Clarinx relatent cet incident ridicule… Peut-être eût-il été sage de faciliter la convivialité en organisant une milonga dans la nacelle ! Mais cet anecdote explique aussi pourquoi le Pape n’a pas encore rendu visite à l’Argentine, lui qui souhaite une plus grande tolérance à défaut de fraternisation entre les blocs politiques !

          

Rappelons aussi au passage que ce barrio de la Boca a toujours eu des vélléités d’émancipation et qu’il le proclame sur ses murs, silhouette du transbordeur à l’appui. Et soulignons que le tango « Caminito« , ( musique de J.D Filiberto, Letra G.C.Peñaloza ) n’a rien à voir avec le quartier pour touristes bien connu, puisqu’il parle en fait d’un lieu de la province de La Rioja !

                              

Enfin, pour revenir à Rochefort et à La Charente, c’est de cette région et de son port que partirent un bon nombre de conquérants et de migrants vers les deux Amériques : vers le Canada et vers les Etats Unis et sans nul doute vers l’ Argentine. Champlain était de Brouage, La Fayette partit vers les USA avec l’Hermione, construite à Rochefort, frégate dont une réplique a été récemment reconstituée pour célébrer en 2016 l’anniversaire de cette traversée.

Publicités
par chabannonmaurice