EDUARDO AROLAS, « El Tigre del bandoneon » ( 1892- 1924 )

         J’ai déjà consacré divers articles au bandonéon, instrument de la magie du tango, instrument roi des tipicas. Mon dernier écrit en date était du 11 juillet dernier, jour célébrant le fueye. Quand on parcourt une anthologie du tango, il n’est donc pas étonnant de retrouver le bandonéon au détour des letras de nombreux morceaux, souvent parce qu’il exprime et accompagne la douleur des ruptures ou la nostalgie des jours heureux ou le regret du pays perdu.

 Mais il est aussi  présent dans des tangos écrits en hommage aux grands interprètes et je relèverai aujourd’hui quelques-uns qui ont été consacrés à Eduardo Arolas, l’un des premiers grands bandonéonistes notables, précurseur de la Guardia Vieja et un des socles du tango moderne. Quand les cendres de ce musicien compositeur et chef d’orchestre, mort tragiquement à Paris, à 32 ans, furent rapatriées à Buenos Aires, en 1954, Héctor Marco écrivit – musique et texte – un bel hommage  » El fueye de Arolas » :                                                                                   

« Silencio muchachos…de pie la milonga…                                                                                                    Silence, les gars, debout la milonga…                                                                                                          Il est revenu aux balcons du quartier et à ses admirateurs,                                                                      Arolas, le mage des bandonéons,                                                                                                                Voyageur de la Marne et bohême incorrigible. »                                                                                           

Hommage lui avait déjà été rendu par le poète Enrique Cadicamo, sur une musique d’Angel D’Agostino avec le tango « Adios Arolas » écrit en 1949 :                                                                           

« Con tu bandoneon querido,                                                                                                                          Eduardo Arolas, te fuiste,                                                                                                                              Eduardo Arolas, tu t’en fus…                                                                                                                          Il ne se sépara pas de toi,                                                                                                                              Cet amour que tu fuyais,                                                                                                                                Et pendant ta fuite,                                                                                                                                        Une ombre de femme te poursuivait. »                                                                                                     

Ces deux tangos, en peu de mots, résument le talent et la vie courte et tourmentée d’un artiste que ses contemporains et héritiers admiraient. Et assez étonnamment, Arolas inscrit sa propre histoire avec les thèmes qui sont ceux de bien des textes du tango : la vedette, le mari trompé inconsolable, l’exil, le bambocheur, l’alcool, les cabarets, les femmes, la maladie, la fin dramatique… C’est donc un personnage extrêmement attachant dont les danseurs non argentins ignorent souvent le nom, alors qu’ils évoluent sur quelques uns de ses plus grands succès « Comme il faut », « Retintin »,  » Derecho Viejo » ou « La Cachila »,  par exemple.   

 

Il est donc intéressant de fouiller un peu la vie de ce musicien pour mieux apprécier son oeuvre et comprendre la fascination qu’il a pu exercer sur d’autres grands artistes du tango, car, à son époque, il put jouir d’une notoriété proche de celle de Gardel.  Né dans le quartier sud de Barracas,( là où se trouve La Gloriette, un rendez vous sympathique des milongas de plein air ) et descendant d’une immigration française catalane, il fut musicien d’oreille et d’instinct, bien que ne connaissant pas la musique. Guitariste au départ, il vient vite au bandonéon et à 17 ans, en 1909, il compose à l’oreille son premier tango « Noche de Garufa »  et reçoit vite l’appui de Canaro et Mochi pour l’orchestration. Il comprend alors l’intérêt d’études musicales qu’il entreprend avec des maestros, dans divers conservatoires durant trois années, et en fréquentant des musiciens chevronnés comme Vicente Greco et Roberto Firpo. Il joue alors dans les cafés et monte vite un trio puis un quatuor, avec Augusto Bardi. Firpo lui propose d’entrer dans l’orchestre qu’il vient de fonder avec Canaro et qui fait les beaux jours de l’Armenonville, l’un des cabarets en vogue. Arolas continue de composer en mariant sa dextérité au bando et ses connaissances musicales renforcées et les contemporains, comme les musicologues plus tard s’accordent sur les avancées modernes de son tempo rythmique et sonore, et sur ses mélodies chantantes. Il aura d’ailleurs l’occasion de rencontrer des vedettes du moment, le duo Gardel – Razzano qui alterne avec l’orchestre à l’Armenonville, le danseur El Cachafaz et Arthur Rubinstein, entre autres. Très vite, il montera son propre orchestre après les dissensions qui séparent Canaro et Firpo et invente le sexteto ( 2 violons, 2 bandonéons, 1 piano, une contrebasse. ) 

   C’est aussi parce qu’il a une vie tourmentée qu’Arolas ne trouve plus sa place dans sa capitale natale et voyage beaucoup. Il a en effet rencontré une jeune femme Délia Lopez dont il est éperdument amoureux et qui va le tromper avec son frère aîné, musicien lui aussi et quelque part son tuteur familial et musical. Blessé par cette double trahison, il va s’exiler d’abord à Montevidéo, tente de revenir à Buenos Aires et finalement s’installe définitivement en France, à Paris mais joue aussi sur la Côte d’Azur. Mais surtout, il s’adonne à l’alcool, à la bamboche et trempe dans quelques affaires louches qui justifient aussi sa fuite. Il tombe dans la dépression, ne compose presque plus, et meurt à Paris, avec deux versions de cette triste fin : malade de la tuberculose ou ( et ) victime d’une agression à la sortie d’un cabaret. Il fut enterré à Paris mais ses cendres seront ramenées plus tard à Buenos Aires où hommage leur sera rendu avant inhumation au Cimetière de La Chacarita. On dit qu’il mourut en invoquant Délia et que le tango « La Cachila » lui est sans doute dédié, avec ses deux thèmes, un triste, un brillant. Dans son site Calaméo, Giovanni Minicelli, souligne que tous les éléments dramatiques du tango sont présents dans les épisodes de cette courte vie :  » La douloureuse réunion de l’amour et de la trahison dans le lit de la passion, un combat archaïque entre la vie et la mort, dont on sait, au plus profond de nous qui sera l’ultime vainqueur ».

   La discographie des oeuvres d’Arolas est copieuse, avec plus de cent compositions de qualité, propices à des arrangements dont les successeurs ne se sont pas privés.  Il est intéressant de noter que certaines d’entre elles ont eu aussi une histoire détournée, toujours en accord avec les thèmes du tango. « Comme il faut »  était à l’origine « Comparsa Criolla »; « Retintin », dédié au départ à Rafael Tuegols, violoniste virtuose, reçut le nom d’un cheval de course sans doute à cause du financement de l’oeuvre par le propriétaire; « La guittarita » fut enregistrée par Gardel sous le titre « Que querès con esa cara ». 

   Pour le amateurs qui voudraient fouiller plus cette vie exceptionnelle, je conseille de consulter les sites suivants plus prolixes sur cet artiste un peu moins célébré que d’autres :                           * Todo tango :  https://www.todotango.com/english/artists/biography/23/Eduardo-Arolas/                 * Investigacion Tango :  http://www.investigaciontango.com                                                                     * Calaméo : http://www.calameo.com › books                                                                                                       * Escuela de tango de Buenos Aires : https://escuelatangoba.com/buenosaires/historia-del-tango-parte-9-eduardo-arolas-la-e                                                                                                             

Bien sûr, il faut aussi consulter l’article du « Dictionnaire passionné du tango », déjà cité dans mes articles précédents. Sur les sites précités, on peut écouter de multiples enregistrements. Terminons par une citation extraite d’un autre tango en souvenir d’Arolas, « Recordando a Arolas », musique de Sebastian Piana et letra de Leon Benaros (1951)                                                   

« Le soufflet, il l’a trouvé à son baptême,                                                                                              Il était de cette marmaille                                                                                                                    Qui, entre coup de talon et figure de sentada                                                                                    Arrachait le plancher en dansant.                                                                                                    Du tango, il a fait des merveilles… »                                                                                          

 

par chabannonmaurice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s