UN HOMMAGE AUX FEMMES QUI ILLUMINENT LE TANGO.

      Dans mon dernier article, j’annonçais une surprise pour les lecteurs, danseurs, chanteurs et autres amis amoureux de l’Argentine. Après la publication de mon roman « La vie est une milonga » en 2017, et donc depuis plus de deux ans, j’ai en effet repris la rédaction de Nouvelles et Récits que je me proposais de publier au printemps dernier. Dans l’écriture, j’ai retrouvé ainsi, à partir de rencontres réelles et du plaisir qu’elles m’ont procuré, l’alacrité des saynètes, à la mode de certains tangos mettant en scène des personnages de la vie populaire. Je pense à « A media luz », « La ultima curda » ou « Nino bien » et bien d’autres

   En effet, chaque fois que nous sommes allés à Buenos Aires, les rencontres que nous avons pu faire ont toujours été étonnantes, conviviales et enrichissantes. Avec le phénomène « boule de neige » qui fait qu’une personnalité en présente une autre et qu’une tablée comporte toujours des personnages hauts en couleurs. Nous avons eu ainsi la chance de rencontrer certes des célébrités en tous genres, des animateurs de casas de tango, de milongas, de peñas, et des musiciens, comme les bandonéonistes de« Los Reyes del tango » ou de « Sans souci » dont la modestie m’a toujours étonné, eu égard à leur immense talent. Mais nous avons aussi cherché à partager des moments de la vie quotidienne des portègnes que nous avons côtoyés dans la capitale mais aussi des habitants du pays. Nous nous sommes même mêlés à des manifestations de rue pour comprendre les revendications des participants. J’ai déjà eu l’occasion de parler de toutes ces rencontres dont certains protagonistes sont aujourd’hui disparus. En parcourant les articles précédents de ce blog, vous pourrez trouver des relations de ces instants exceptionnels.               

   Mes observations du moment, consignées au fil des jours dans 4 carnets – où je notais aussi quelques figures apprises en cours – ont naturellement servi de terreau fertile à mes écrits précédents. Mais, pour ces dernières nouvelles, j’ai choisi délibérément de distinguer les femmes : pas seulement pour la beauté et l’élégance de beaucoup d’entre elles, fruit sans doute du métissage de l’immigration, mais parce qu’elles m’ont fasciné par leur grande énergie, associée à la finesse de leur jugement dans une société réputée machiste où elles prennent cependant toute leur place. Dans la préface que j’avais prévue, j’écris d’ailleurs : « Et de mes rencontres surgissent de belles figures, de la partenaire de danse aux fioritures discrètes à la musicienne aux cheveux noir de jais, sans oublier la vieille quechua mutique qui nous accueillit du côté de Cafayate, dans le cadre d’un tourisme géré par les nativos. » On aura bien sûr compris combien je suis sensible à l’univers féminin. Dans ma vie professionnelle, j’ai d’ailleurs côtoyé beaucoup de femmes, dans des postes aux compétences diverses, et j’ai toujours été conquis par leur appétit d’action, leur sens du réalisme qui donnaient toujours à espérer et, souvent leur discrétion, sans souci de se mettre en valeur. Je constate chaque jour que, dans ma famille et chez des amis proches, les femmes jouent pleinement ce rôle et mes écrits leur rendent quelque part aussi une admiration appuyée.

« Cascabel, cascabelito,                                                                                                                                  Rie, no tengas cuidado                                                                                                                            Que aunque no estoy a tu lado.                                                                                                                    Te levo en mi corazón » 

« Fille espiègle au rire de grelot,                                                                                                                Ris, ne fais pas attention                                                                                                                               Bien que je ne sois pas à tes côtés,                                                                                                           Je te porte dans mon coeur. »  

CASCABELITO, tango de 1924,                                                                                                             Musique : José Bohr, letra :  Juan Andrés Caruso.

   Comme j’ai dû renoncer pour l’instant à la publication de ces écrits récents du fait du confinement et de la suspension de toutes les activités autour du tango et de la culture argentine, j’aurai plaisir à en diffuser régulièrement sur ce blog, avec l’ espoir qu’elles contribueront à maintenir le moral des danseurs et à entretenir la flamme des relations privilégiées avec la culture rioplatense. En ce sens les avis et retour des lecteurs seront bienvenus.                          Première nouvelle  » Elodia » publiée très bientôt. 

   Et pour illustrer cet hommage rendu aux femmes, je ne résiste pas au plaisir de joindre une photo de Gardel en charmante compagnie, mais bien évidemment, sans aucune prétention à un quelconque rapprochement avec El Morocho

 

 

 

 

par chabannonmaurice

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s